Pages Navigation Menu

Noces indiennes à Cannes: deux palaces et un bout de Croisette privatisés

Noces indiennes à Cannes: deux palaces et un bout de Croisette privatisés

Deux palaces de Cannes et un morceau de Croisette ont été privatisés à l’occasion de luxueuses noces indiennes prévues durant trois jours de samedi à lundi, un événement privé qui ravit une ville touristique courtisant activement les Indiens.

Vendredi, le maire Bernard Brochand a remis la Médaille d’or de la ville à la mère du marié, ainsi qu’une broche en forme de Palme d’or à la belle-mère.

Surtout, il vient de prendre un arrêté municipal pour fermer un côté du boulevard de la Croisette, lundi entre entre 17h00 et 21h00, le temps d’une procession des invités en tenues traditionnelles, avant le dernier dîner au Palm Beach de Cannes.

Les éléphants ne fouleront toutefois pas la Croisette. « On nous a demandé si c’était possible, mais nous ne pouvons faire circuler de tels animaux sur la voie publique », précise Isabelle Gainche, directrice du tourisme.

Samedi, les invités se retrouveront au somptueux château renaissance Diter de Grasse.

Dimanche, ils seront conviés au mariage dans le romantique château médiéval de la Napoule, restauré dans les années 20 et 30 par un couple d’artistes-mécènes américains, surplombant la mer à Mandelieu-la-Napoule.

Les premiers invités arrivaient vendredi à Cannes. Le palace du Carlton a entièrement privatisé ses 343 chambres et suites jusqu’à mardi matin. Le JW Marriott Cannes de 261 chambres a également été entièrement réservé. De quoi représenter 700 à 1.000 invités.

Le Carlton, qui organise les trois soirées sous la houlette de son chef Laurent Brunel, se campe dans un mutisme de rigueur refusant toute indication sur la facture payée par la famille du marié, Pamela et Vinay Grover, qui réside à Londres et à Lagos.

Elle dirige Simba group, basé à Lagos, conglomérat de sociétés regroupant des industries du Nigeria. Le jeune marié Kunal Grover, qui travaille aussi pour le groupe en Afrique, s’unira à Ria Dubash, dont la famille résidente à Londres fait des affaires dans le transport de marchandises par cargo.

Cerise sur le gâteau, la presse indienne mise sur la présence de vedettes de Bollywood, activement fréquentées par Pamela Grover.

L’Inde avait été mise à l’honneur au dernier festival du film de Cannes. Le pays fait aussi partie des cibles de la direction du tourisme de Cannes, qui se rend à Bollywood pour inciter l’industrie à tourner chez elle, et vend aussi les offres de mariages des hôteliers cannois de toutes catégories.

Un mariage indien d’une telle ampleur est une première à Cannes, qui rêve d’un « effet boule de neige ». De quoi damer le pion au mémorable mariage indien organisé il y a deux ans à Monaco, sauf que le marié était arrivé sur un cheval blanc escorté d’un éléphant.

AFP

Comments

comments

En cours